MireCinéma expérimental & image en mouvement+33 (0)2 40 89 78 07
info@mire-exp.org

Space Wagon

Depuis 2006, Mire apporte avec l’EMA (Emerging Media Artist) chaque année un soutien matériel à un artiste utilisant le labo.

En 2012, c’est le projet de Carole Thibaud Space Wagon qui a été retenu. La dimension de recherche, l’idée que ce projet pouvait contribuer à faire évoluer les outils du labo et la thématique même ont séduit le comité de sélection.
Vous serez tenus au courant des évolutions de ce projet au cours de l’année…

Peugeot 305 break. 1987. 130 000 kilomètres. Moteur diesel. Couleur beige.

 

LES RENDEZ-VOUS :

Écran Test #1 – Mercredi 10 octobre 2012
Drive Out – les 17, 18 et 20 octobre 2012
Écran test #2 – Jeudi 13 décembre 2012

LES INTENTIONS :

Space Wagon est un projet de film.
Un road-movie documentaire, tourné en 16mm. Un film qui parle de ce besoin de toujours partir, puis revenir. Du sentiment de liberté et de l’ivresse de la route. De ceux qui ne bougent pas et qu’il est difficile de croiser quand on est en mouvement. Un film qui se voit et se vit comme un concert, avec de la musique à fort volume.
Je suis tombée amoureuse d’une voiture. j’ai voulu apprendre la mécanique. J’ai traversé l’Amérique avec Dean Moriarty et Sal Paradise (On the road, Jack Kerouac, 1957). Je veux filmer la route fixe et en mouvement.
Toujours avec ce grain qui les caractérise, l’asphalte et le film argentique. La route sera le prétexte au travelling, le fil conducteur, le sujet principal du film. Elle sera parfois accompagnée de silence, entourée de magie et de sérénité, parfois de beaucoup de bruit, de musique forte, de basses qui remplissent le ventre. Les autres voitures se feront rares. En mouvement, il n’y aura qu’elle et moi.

Cependant il faudra faire des pauses. Et il y aura les êtres humains croisés en chemin. Des fermiers à qui j’achèterai de l’huile pour rouler, des amis qui ponctueront mon voyage de moments de réconfort, des piliers de comptoir, des auto-stoppeurs. Des autres, qui viendront heureusement briser cette relation exclusive avec la route. Ils parlent de leur rapport au voyage, au mouvement, à la vie. Ils sont simples et sincères.

L’itinéraire se construira en fonction des endroits où l’on peu se procurer de l’huile filtrée, en France et en Europe.
Mais il ne s’agit pas de faire un film sur les biocarburants.

Space Wagon - Point de distribution d'huile filtrée

Le road-movie

Walter Moser rappelle que le cinéma est apparu – comme l’automobile – à la fin du XIXe siècle.
Pour lui, l’automobile est l’outil qui permet la mobilité individuelle, tandis que le cinéma est le média qui permet de représenter la mobilité du monde moderne.
L’usage de l’automobile, symbole de liberté individuelle, a été très vite contrôlé et réglementé par l’État. Pour Walter Moser, le road movie a pour fonction de réaffirmer le rôle de l’automobile comme pur moyen de mobilité individuelle et comme symbole de liberté.
Fuite ou quête initiatique, le road-movie fait de la route un lieu d’expérimentation, de liberté et de révolte face à l’ordre établi. Une façon également d’opérer un retour sur soi, de se questionner sur les fondements de notre société moderne.
Le road-movie n’est pas un voyage d’un point A à un point B, d’un point de départ à un point  d’arrivée. Il s’agit, d’une part, de fuir alors que, d’autre part, on ne connaît pas le but du voyage.

« La route est pure. La route rattache l’homme des villes aux grandes forces de la nature (…). Sur la route, dans les restaurants qui la bordent, les postes à essence, les faubourgs des villes qu’elle traverse, les amitiés et les amours de passages se nouent. La route, c’est la vie. » Jack Kerouac

« Sur une grande route, il n’est pas rare de voir une vague, une vague toute seule, une vague à part de l’océan. Elle n’a aucune utilité, ne constitue pas un jeu. C’est un cas de spontanéité magique. » Henri Michaux.

« Les nouvelles frontières, c’est mon truc, décoller des réalités quotidiennes, partir à la
conquête de l’altitude. J’ai besoin de liberté et d’espace, pour donner un sens plus audacieux à ma vie. Quand je reviens sur terre, je prolonge mes sensations avec ma Space Wagon. Avec elle, j’ai encore le sentiment que je peux aller décrocher les nuages… » Publicité Mitsubishi 1987.

L’EMA

La bourse de l’EMA ne me servirait pas à réaliser ce film, mais à l’écrire et le préparer.
J’en suis actuellement à une étape de recherche autour du road-trip, autant dans la littérature que dans le cinéma. J’aimerais, dans le cadre de cette bourse, pouvoir travailler à une programmation de films expérimentaux autour de ce thème, pour moi et le public de Mire.
J’aimerais également m’initier au 16mm (je travaille surtout en super8), apprendre à utiliser la tireuse contact, la Truca.
Fabriquer un dispositif pour filmer dans ma voiture (pied de caméra articulé qui sortirait par la fenêtre passager).
Et faire des essais de séquences de route. En noir et blanc et couleur, avec différents types d’émulsion, pour pouvoir choisir le support qui correspond le mieux au projet.
Tout ce travail de labo devra également m’aider à l’écriture du projet.

J’ai également envie de faire des enregistrements sonores, et tester un système de
synchronisation de l’image et du son avec un projecteur 16mm et un ordinateur, à l’aide du logiciel Film-O-Sync, développé par Zach Poff.
Ce logiciel capte la vitesse du projecteur et la transmet à l’ordinateur qui diffuse la piste son synchronisée. Ce qui permet de projeter une copie 16mm avec du son stéréo (si on est prêt à faire un petit bricolage sur le projecteur).

http://www.carolethibaud.com/

Les commentaires sont fermés.

MIRE

info@mire-exp.org
17 rue Paul Bellamy
44000 NANTES
~
02 40 89 78 07
www.mire-exp.org