Contenu apparenté

Laboratory Aim Density – L.A.D. 2&3

PRISME #5 - Projections

Le Laboratory Aim Density* de Prisme#5 est une programmation de 3 séances de films tournés récemment en super 8, 16 ou 35mm et envoyés à notre appel à films.

Chaque année nous recevons de plus en plus de films, 250 en 2022 ! Pour la plupart développés en laboratoire collectif et artisanal. Nous en avons sélectionné dix neuf d’ici et d’ailleurs (Australie, Canada, USA, Mexique, Espagne, Pays-Bas, Belgique, Allemagne, Angleterre…) et chose à laquelle nous sommes très attachés : la grande majorité sera projetée sur support argentique.

Les films du LAD 2022 s’appellent et se répondent autour du mystère des lieux… du lointain vécu et de la disparition des traces.

D’un monde qui, une fois plus petit qu’une bille, ne laisserait que des sensations. Un cinéma sensitif, juste pour le plaisir, celui de l’effleurement des plumes et des vagues sur la plage, de la brûlure des flammes, des couleurs comme des bonbons…

D’une nature qui intrigue toujours d’avantage, dans laquelle si l’on s’y risque, on s’en retourne avec autant de questions. Là les énigmes sont à prendre pour ce qu’elles sont, ils ne faut pas tenter de les résoudre, tout comme les traditions.

Particularité de cette édition 2022, chaque programme sera rythmé d’une pulsation provenant de la trilogie 2022 d’Alexandre Larose (I – II – III), poésie des gestes, ceux de tous les jours, emprunt de la nostalgie à venir, de ce qui était immuable, là, mais un jour ne sera plus… un travail de longue haleine sur la décomposition du mouvement, on n’a jamais autant ressenti l’image-mouvement et l’image-temps réunis sur un même photogramme.

* la « L.A.D » ou Laboratory Aim Density est une bande de film étalon standard de Kodak– représentant des niveaux de densité noir et de blanc, des couleurs et un visage (traditionnellement celui d’une femme) – permettant de contrôler le tirage de copies.

PROGRAMME

  • L.A.D. 2 – 16h30

P L U M E de Mike Rollo
2022 / 16mm/ 7’27”

Des doigts cueillent les preuves de vol tombées au sol; placées et tracées pour créer une lumière aviaire.

 

Über das Tauben problem de Léa Lanöe
2021 / 16mm / 8’45”

Fabriqué à partir de la musique de musiciens expérimentaux berlinois, et post-composé par Antonio Borghini and Alexis Baskind, avec des Pigeons de Rathaus Neukölln et de la Porte d’Aix, du pain de mie et le président des États-Unis.

 

Film porte-malheur : le pain de Gérémy Lelièvre
2022 / 16mm / 3’45

Film d’angoisse qui vous portera malheur.

Les jours d’exécutions, le boulanger réservait un pain au bourreau en le posant à l’envers sur son étal. De là, est apparue la superstition selon laquelle, poser le pain à l’envers sur une table attirerait le bourreau chez soit, et ferait donc venir la mort.

Dans les cieux et sur la terre de Erin Weisgerber
2022 /16mm vers 35mm / 11’38

Des masses vertigineuses de calcaire sculpté laissent place à une extase de lumière et de couleur vivante à travers le sort alchimique de la transformation élémentaire. Les hiérarchies se dissolvent à mesure que le quotidien transitoire inspire le monumental.

Imprimant des couches successives de temps dans un rituel de gestes répétés, écoute active, chemin parcouru, changement de saisons et cycle des années, Dans les cieux et sur la terre combine le potentiel photochimique de la pellicule avec le rituel performatif de la cinéaste.

Unabridged Maneuver de Bruno Delgado Ramo
2022 /16mm / 18’

Conçu comme une enquête sur les zones de pilotage des ports et les manœuvres du cadre avec la Bolex, le film se déplace entre la table de montage du studio dans les locaux de LIFT (Liaison of Independent Filmmakers of Toronto) et divers lieux sur la rive ouest du lac Ontario. Le mot “manœuvre” fait référence à la fois aux opérations matérielles effectuées avec les mains et aux procédures à bord lors de l’approche d’un port. Le film explore l’idée de précision dans ces deux pratiques.

Partiellement soutenu par (S8) Mostra de cinema periferico, LIFT (Liaison of Independen Filmmakers of Toronto) et AC/E (Acción Cultural Española).

 

II. de Alexandre Larose
2022 / Super-8 vers 35mm / 15’

Deuxième opus de la trilogie du réalisateur québecois.
Cf L.A.D.1

 

 

  • L.A.D. 3 – 18h30

 

Per una selva oscura de Emmanuel Lefrant
2021 / 16mm vers 35mm / 8’25”

La révélation d’une image, qui progresse vers le cœur de la matière, saisie dans un mouvement incoercible : celui d’une dystopie en marche. Une entité primitive au bord du cataclysme, une fuite en avant infinie, jusqu’à dissolution complète de toute forme et figure.

Dans quelle forêt obscure nous sommes-nous égarés ?

FACE HOME VIEW de Raquel Vermunt
2021 / 16 mm / 8’41”

FACE HOME VIEW écoute les échos du temps qui passe, révèle des traces de vie, de sons et de mouvements. Des moments fuyants capturés par les murs silencieux du lieu que le film dépeint.

SAYOR de Kathryn Ramey
2022 / S8 vers DCP/ 3’

SAYOR (Swim At Your Own Risk) fait référence à un forum sans modérateur. Trois ans dans la vie de trois enfants AMAB (garçon assigné à la naissance) avec un parent/observateur. Que signifie être un homme au 21ème siècle ?

 

Grit de Matt Davies
2021/ 16mm / 3’40”

Une caméra 16mm, tenue contre le ventre de l’artiste et orientée vers le sol, capture une image tous les 12 pas durant une balade de 29km le long de Chesil Beach à Dorset au Royaume-Uni.

El oceano analogo de Luis Macías
2021 / 16mm vers 35mm / 10’

“L’océan est la seule traversée pour arriver au Mont Analogue à travers chaque vague, qui déferle dans chacune des couleurs primaires, une porte s’ouvre sur une nouvelle perception… Celle d’un océan aussi profond, sombre, et aussi difficile à accéder que le sommet de la plus haute montagne. Tout en haut là où le Sixième Soleil peut être perçu “

Premier morceau de la série de courts métrages pour le projet Sixth Sun.Inspiré du mythe préhispanique du Sixième Soleil. Ce chapitre est inspiré du livre de René Daumal « Le Mont Analogue”

III. de Alexandre Larose
2022 / Super-8 vers 35mm / 15’

Troisième opus de la trilogie du réalisateur québecois.
Cf L.A.D. 1

 

TITAN de Simon Guiochet
2018 / 16mm / 9’50” – Live

Titan est né de l’envie d’expérimenter les possibilités d’impression de sérigraphie directement sur de la pellicule 16 mm et les dialogues possibles avec la chimie de la pellicule argentique.

L’une apportant la couleur, la rythmique d’une trame et l’autre l’occultation, et la précision d’une construction image par image.

La bande sonore est le résultat de l’impression en sérigraphie qui recouvre également la piste son de la pellicule. Elle est remixée et modulée en direct pendant la projection.