Actions de Proximité

Le caractère expérimental des projets que nous défendons intègre une dimension critique de l’image plus qu’une esthétique et c’est en terme d’attitude que cette pratique de l’image se définit le mieux.
Cette dimension critique sous-tend une remise en cause des codes, des règles esthétiques et économiques, des modes de fabrication, de réalisation, de production, des modes de diffusion et de circulation, pour proposer une autre façon de voir et d’être spectateur. Autour d’invitations d’artiste(s), ces projets combinent différents types d’interventions pour créer un espace de dialogue, un territoire commun d’investigation.

DES PROJETS DANS L’ESPACE PUBLIC

Dans chacun de nos projets, nous développons la thématique de l’espace public et proposons à des artistes de nourrir ces espaces par le biais de collaborations avec les habitants du quartier.

Le sens de l’espace public : espace de vie, espace politique

L’espace public est un espace collectif, un espace de vie mais aussi un lieu d’interrogation, de réflexion et d’expression dans lequel il est possible d’aborder des questions d’intérêt commun, où notre voix prend sa dimension citoyenne.

Espace public, espace habité: espace sensible, espace pluriel

S’appuyer sur un paysage familier, en révéler les usages individuels et collectifs, les valeurs associées, les représentations que l’on s’en fait, montrer ce que l’on ne voit plus, proposer un nouveau regard, une nouvelle approche, et peut-être changer les habitudes.
L’enjeu : offrir la possibilité d’apprécier son cadre de vie autrement, considérer l’espace habité dans ses dimensions sensibles : sonore / visuelle / lumineuse / thermique / tactile.

Espace public, espace de proximité : un vecteur de rencontre

L’espace public accueille et rend possible différentes modalités d’échanges et de rencontres entre les individus. Donner une place particulière à ces rencontres, les considérer, les utiliser comme un terrain propice pour proposer des situations liantes, des actions qui induisent une réciprocité entre les acteurs. Alors devient possible une collaboration entre un public et une proposition artistique / culturelle, une relation dynamique entre la ville et l’habitant.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

2011-… :

Le Jardin C, le jardin expérimental, collectif et participatif de la Fabrique, Laboratoire(s) Artistique(s)
[Détail du projet]

2009-2010 :

L’île des bienheureux, feuilleton vidéo participatif de Delphine Doukhan. [Détail des actions]
Tantôt, vidéo performance de rue d’Eric Bézy. [Détail du projet]

2006-2009 :

Actions au Breil-Malville,
Actions au Clos-Toreau,

Nous avons travaillé sur des temporalités quotidiennes et plus particulièrement sur l’usage souvent instinctif que nous faisons du monde qui nous entoure. Nous nous situons plus du côté du processus que de l’objet fini, l’image et le son (photos, super8, pièce sonore) deviennent des outils qui nourrissent la problématique de l’espace public et de ses différents modes d’appropriation.
[Détail du projet au Breil-Malville]
[Détail du projet au Clos-Toreau]

2015

2006