MireCinéma expérimental & image en mouvement+33 (0)2 40 89 78 07
info@mire-exp.org

Dial H-I-S-T-O-R-Y de Johan Grimonprez

Dans le cadre du labo utile : Cinéma documentaire / cinéma expérimental – frontières, influences
Troisième rendez-vous d’une série de labos utiles en partenariat avec le lieu unique sur les porosités entre l’image expérimentale et documentaire.

Dial H-I-S-T-O-R-Y

Dial H-I-S-T-O-R-Y de Johan Grimonprez

1997- vidéo – col – son – 68’00 – Belgium / France
Musique de David Shea (Sub Rosa / Tzadik)

+ Film d’archive Pathé : Hindenburg Airship Crash – 1937

Projection suivie d’une discussion avec Aline Caillet, Maître de conférences en esthétique et philosophie de l’art, Co-responsable de la galerie Michel Journiac, Coordinatrice philosophie de l’art / licence 1 Arts plastiques

Dial H-I-S-T-O-R-Y 6 Réalisée à partir de nombreux documents d’archives de détournements d’avions, des statistiques sur les animaux domestiques, le disco, et ses propres ‘Home Movies’, ce film acclamé pourrait être un présage du 11 septembre et de son impact (ou appropriation?) médiatique.
« Ce que les terroristes gagnent, les romanciers le perdent » / « la maison (en tant qu’elle est un symbole sécurisant) est une idée fausse »
Avec en fil rouge les citations de Don DeLillo (Mao II et White Noise), ainsi que la musique de l’excellent manipulateur de sons concrèts et électronique, David Shea.

 

 

Dial H-I-S-T-O-R-Y + Inflight 1997-2004 by Johan Grimonprez born 1962

DialHistory_Sep2004Dial H-I-S-T-O-R-Y 3Dial H-I-S-T-O-R-Y est une recherche axée sur les archives télévisuelles et remet en question le spectacle médiatique. Le récit historique du détournement d’avion constitue le point de départ d’une analyse de l’impact des images sur nos sentiments, notre savoir, notre mémoire.
Le film développe une réflexion sur le rôle des médias dans la lecture et la compréhension des événements, mais également sur les mécanismes politiques et étatiques qui sous-tendent et accompagnent le terrorisme. Ce film est une transgression des genres entre fiction et documentaire, dépassant les repères logiques et chronologiques du documentaire pour construire une narration singulière.

« Tandis que les documentaires traditionnels sont liés aux limitations épistémologiques pour décrire la réalité, Dial H-I-S-T-O-R-Y joue avec les notions présupposées de structure et de chronologie.
Pour cette raison je choisi de représenter une double narration qui mets un récit en toile de fond de la chronologie télévisuelle. Dans le documentaire classique, la chronologie et la structure sont logiques et un vocabulaire spécifique est utilisé pour décrire la réalité, tandis que dans mon film, la chronologie de détournement d’avion est soulignée par un scénario fictif basé sur un roman de Don DeLillo, qui joue sur la manière dont ces notions entrent en collision.
Le film essaye aussi de suivre la trace d’une politique intime pour indiquer des alternatives historiques. La réalité est toujours co-construite; ce sont non seulement les journaux, les puissances politiques qui nous dépassent, mais c’est aussi à l’intérieur de nous, une partie de notre désir. Je critique certaines notions ou structures de l’état, mais j’estime que je suis aussi impliqué dedans. Sur un niveau émotionnel, on ressent plusieurs choses dans un même temps : dégoût et désir, séduction et répulsion; le rythme disco de Do The Hustle accompagne la séquence finale de crash d’avions, appelant au désastre suprême. »
Extrait de Supermarket History : An interview with Johan Grimonprez de Catherine Bernard – 1998

Johan Grimonprez est né en Belgique en 1962. Il a étudié à l’École des arts visuels et a suivi le programme Whitney Museum Independent Study in New York. Il atteint une renommée internationale avec son film-essai, Dial H-I-S-T-O-R-Y. Il réalise ensuite Looking for Alfred en 2005, Double Take en 2009.
Ses projets ont été montrés dans les grandes expositions et les musées du monde entier tels que le Whitney Museum à New York ou la Tate Modern à Londres. Il est présent dans les collections permanentes du Centre Pompidou à Paris, du Musée d’Art de Kanazawa au Japon, de la National Gallery à Berlin, etc.


Le labo utile
Cinéma documentaire / cinéma expérimental –
frontières, influences

Le film documentaire et le film expérimental ont des origines communes dans les premiers films scientifiques du XIXe siècle. Comme d’autres genres qui se sont développés au cours des premières années du cinéma, ces formes demeurent perméables aux recherches techniques et esthétiques de chacune. Elles posent toutes deux la question de ce que les gens font avec des dispositifs médiatiques.
Du contenu à la forme et jusqu’aux stratégies de production pour proposer des réponses aux problématiques créatives, éthiques, conceptuelles et faire des choix véritables au moment de la réalisation d’un film et de sa réception par le public. Ce développement continuel s’est déroulé sans qu’apparaisse de frontière claire, jusqu’à l’apparition du son dans le cinéma. Alors, les films documentaires et expérimentaux ont divergé pour créer leurs propres sous-genres.
Mire, en partenariat avec le lieu unique, propose, lors de trois rendez-vous (dont deux communiqués ultérieurement), de regarder la production documentaire contemporaine et d’explorer comment les deux pratiques effacent de nouveau leurs frontières communes, comment elles se développent et empruntent l’une à l’autre.

http://www.lelieuunique.com/site/index.php/2014/11/04/cinema-documentaire-cinema-experimental/

En partenariat avec le lieu unique.

Les commentaires sont fermés.

MIRE

info@mire-exp.org
17 rue Paul Bellamy
44000 NANTES
~
02 40 89 78 07
www.mire-exp.org